BREVES
VIDEOS
ATTRACTIONS
Le Triops fait tourner les têtes avant même d'avoir..
19
/01/2012
..commencé le montage.

Le parc de loisirs Bagatelle est en pleine ébullition. Les pièces qui composeront le futur Triops, le manège à sensations qui sera la locomotive marketing du parc, arrivent peu à peu depuis quelques semaines. Le montage va bientôt démarrer. Rencontre avec le président Laurent Bruloy, et le directeur de site, Philippe Desnoues. PAR ANTHONY BERTELOOT

Pourquoi Triops ?-
« Parce que ça sonne bien et qu'on n'a jamais été loin de l'animalier à Bagatelle, répond Philippe Desnoues, pas peu fier de pouvoir s'appuyer sur une attraction d'envergure pour vendre son parc. C'est dans les gènes du parc. Le triops est un crustacé qui se déplace les pattes en l'air, en faisant des loopings. » Ne cherchez plus, vous avez là toute la raison d'être du futur manège qui s'étalera sur une emprise d'environ 120 mètres et culminera à 45 mètres de haut (la hauteur du phare de Berck). « Il pond des oeufs dans le sable, rien ne se passe durant des années, et puis un jour, il pleut et les oeufs s'ouvrent. »

Renaissance.-
De là à déceler une analogie avec le parc lui-même il n'y a qu'un pas : « C'est un peu la renaissance du parc », confirme Laurent Bruloy, président de Looping, propriétaire de sept parcs avec celui de Rang-du-Fliers. C'est en septembre que l'opportunité d'acheter ce manège s'est présentée : « C'était exactement ce qu'il nous fallait pour le segment que nous visions, reprend Laurent Bruloy. Celui des adolescents. » Avant de comparer le Triops à « une piste de ski noire alors que nous n'en avions que des bleues et des vertes jusqu'ici. On a zappé la rouge ! » Les dernières attractions remontaient à 2001 (Raft) et à 2006 (Ragondingue). Mais l'équipe ne souhaite pas attendre six ans de plus pour relifter son parc : « Il faut que dans tous nos parcs, quelque chose se passe chaque année.

L'an prochain, nous miserons encore sur une nouvelle attraction, mais plus petite. » Quant à 2014, ce devrait être, si tout se passe comme prévu, le retour du parc animalier : « Ce ne sera pas un zoo comme avant. il y aura un fort aspect pédagogique », reprend le patron des lieux.

Avec l'objectif d'élargir les cibles telles que les scolaires, les centres de loisirs, etc.
Les objectifs.-
Le parc a réussi à faire venir 265 000 visiteurs l'année dernière malgré une météo très défavorable. La barrière des 300 000 sera visée avec le Triops. « Si on ouvre un parc animalier, ce sera 30 à 40 000 entrées de plus. Mais ce parc mérite 500 000 visiteurs. Si on en avait 400 000 en vitesse de croisière, ce serait très bien », considère Laurent Bruloy.

Quelle crise ?-
Quant à la crise ambiante, la direction en place ne veut pas en entendre parler : « Dans de telles époques, les gens se recentrent sur les activités familiales, sur leur région. C'est précisément ce que nous offrons. Le fun shopping, on ne s'en prive pas. Les gens préfèrent faire l'impasse sur des achats qui leurs sont destinés mais ne touchent pas au budget consacré aux enfants. » Philippe Desnoues confirme : « Les parcs de loisirs, c'est comme le monde du spectacle. C'est une industrie où il y a une résistance à ce genre de climat. » Début du spectacle, le 8 avril.
Article issu de "La Voix du Nord"
comments powered by Disqus
Les changements c'est maintenant !
La Mine d'Or Engloutie